Série TV

Des élus mexicains bataillent pour que les chaînes cessent de diffuser en prime-time des "narco-séries", ces feuilletons perçus comme glorifiant les trafiquants et exerçant une mauvaise influence sur les enfants dans un pays où la violence liée au trafic de drogues a fait des milliers de victimes.

Le sénateur Zoe Robledo et la députée Lia Limon, présidents des commissions aux affaires télévisuelles de leur assemblée respective, expliquent que des chaînes nationales ont récemment fait la promotion de séries dont les horaires de diffusion contreviennent à une loi fédérale.

A en croire M. Robledo, les "narco-séries" devraient être diffusées entre minuit et 5 heures du matin, et non à 21h00, heure à laquelle les enfants sont susceptibles d'être devant les écrans.

TV Azteca, par exemple, diffuse en ce moment "Rosario Tijeras", une série sur une femme mi-justicière, mi-tueuse à gages, à 21h00.

"Nous ne voulons pas interdire les +narco-séries+. Nous voulons qu'elles soient diffusées à une heure appropriée", a expliqué le sénateur à Radio Formula, en refusant que les enfants grandissent en voyant des émissions dans lesquelles "le crime est porté aux nues".

Les élus comptent convoquer des responsables du ministère de l'Intérieur et de l'Institut fédéral des Télécommunications pour évoquer d'éventuelles sanctions contre les chaînes qui violeraient la loi.

M. Robledo estime cependant que les sites de streaming et les chaînes du câble sont des cas à part, car les parents ont la possibilité d'en bloquer l'accès aux plus jeunes.

La "narco-culture", qui glorifie la violence et la vie luxueuse des narcotrafiquants, est un phénomène répandu au Mexique, mais aussi aux Etats-Unis.

La violence liée au narcotrafic se poursuit au Mexique, où 100.000 personnes sont mortes ou ont disparu depuis que le gouvernement est entré en guerre contre le crime organisé à l'initiative de l'ancien président Felipe Calderon (2006-2012), il y a dix ans.