Série TV La saison 2 de "The Crown" débute ce vendredi sur Netflix pour 10 nouveaux épisodes.

ALondres, des rumeurs courent concernant des tensions survenues au sein du couple royal. La reine Elisabeth n’étant pas du genre à ignorer les difficultés, elle décide d’avoir une discussion franche avec son époux qui débouche sur un départ du Prince pour un "tour du monde" de cinq mois. Afin de représenter l’Angleterre sur les plus lointains territoires de la Couronne.

En imaginant ce périple, le but de la reine est double : permettre à son époux, Philip, de s’affirmer sur la scène internationale et de prendre une part active dans la gestion du royaume, tout en diminuant significativement les velléités indépendantistes de ces terres du bout du Commonwealth se pensant souvent oubliées.

En faisant ce choix, Elisabeth se rend cependant doublement vulnérable. Car la propension du Prince à jouer les jolis cœurs décuple à mesure qu’il s’éloigne de Buckingham Palace. Et sans le soutien, même lointain, de son époux, Elisabeth se retrouve très seule pour gérer à la fois sa famille et son pays.

Pourtant, les ennuis de la souveraine ne font que commencer et concernent justement les relations qu’entretient la Grande-Bretagne avec l’étranger. Les tensions avec l’Egypte sont de plus en plus palpables autour du Canal de Suez, nœud stratégique des échanges maritimes vers l’Orient.

Alors que le Premier ministre espérait que les Egyptiens baissent pavillon, c’est l’escalade et bientôt la guerre éclate dans ce coin du monde déjà semblable à une poudrière en dehors de toute crise pétrolière…

Soin du détail et de la mise en scène

La saison 2 de la série The Crown*** couvre 7 années de la vie de la reine Elisabeth II. Ce qui peut sembler bien peu de chose à l’échelle d’un règne mais qui, dans le cas du couple royal britannique, a constitué une suite de moments cruciaux. Ceux de la prise de conscience de la fragilité de leur couple et de l’Angleterre, sur les plans intérieur et extérieur. Mais aussi du caractère extrêmement rigide de leur destin commun.

Claire Foy et Matt Smith restent toujours aussi impériaux au service du scénario ciselé par Peter Morgan. L’auteur prolifique y éclaire avec talent et finesse les coulisses d’une vie passée à l’ombre de la royauté et de l’Histoire, existence qui reste exposée aux projecteurs du monde entier.

"Ne rien faire est souvent la meilleure option même si cela peut être très frustrant, car l’Histoire ne s’écrit pas avec ceux qui ne font rien", confie ainsi la Reine à son Premier ministre démissionnaire.

Claire Foy imprime toute la dignité requise à cette jeune femme intelligente et fine, forcée de tenir son rang et de ne pas briser les usages d’une vie rangée, alors que son intuition et sa perspicacité la tiennent étroitement informée de ce que tout le monde tente vainement de lui cacher. Par son ambition, "The Crown" illumine bien plus qu’un règne à l’impressionnante longévité : les vies intimes et les destins singuliers de ceux qui, d’une façon ou d’une autre, par conviction ou non, se mettent au service de leur pays.