Série TV Deux ans après un premier épisode résolument troublant, Netflix offre une deuxième saison plus aboutie à Sense8 **. Connectés par les sens et la pensée, Nomi, Will, Riley, Capheus, Sun, Lito, Kala et Wolfgang explorent davantage leur conscience commune.

La première série des sœurs Wachowski impose enfin sa logique "méta". Philosophie New Age, conflits d’identité, expériences sensorielles, transmigration des esprits, des corps et des âmes… L’univers des deux concepteurs de "Matrix" approfondit de nouvelles obsessions à travers la sexualité, le genre, l’identité, la religion.

L’immédiateté de l’information, la simultanéité des réactions et la prolifération des échanges, la manipulation génétique et le contrôle des individus, l’égalité des sexes, l’homophobie, les dérives du monde des affaires… La série reflète son époque, ses préoccupations, ses conflits, ses interrogations, ses espoirs.

Montée en puissance

"Sense8", deuxième du nom, dépasse la diversité de façade des éditions Marvel Comics, grâce à une pluralité, mieux pensée, de personnages. La démonstration prend parfois des allures académiques mais la multiplicité sexuelle, religieuse et culturelle des protagonistes paraît moins artificielle, quoique toujours schématique.

Le regard artistique si particulier des Wachowski s’exprime à travers de nouveaux débordements baroques. Les scènes érotiques, à la plastique et l’esthétique parfaites, sont destinées à transmettre - par les sens - l’état de communion psychique des huit héros.

Feu d’artifice sexuel à la jouissance sans borne ou simples envolées au lyrisme frôlant le kitsch ? Reconnaissons que le procédé est usé jusqu’à la corde. " Il y a tellement plus de sexe et de violence à venir ! Nous essayons de mettre la barre plus haut à chaque fois ! ", expliquait récemment Max Riemelt (dans le rôle de Wolfgang) à "TéléObs".

Une intrigue renforcée

A la fois thriller fantastique et récit polyphonique, "Sense8" a - à nouveau - expédié ses équipes aux quatre coins du monde : à Amsterdam, Sao Paulo et Positano (après Dehli, Chicago, San Francisco, Berlin, Séoul, Nairobi, l’Islande et Mexico). " Nous voulions tous travailler ensemble, et il fallait que les acteurs soient disponibles. Pour la production, c’est un cauchemar logistique, j’imagine. Il faut tout organiser pour que nous puissions tourner dans tous les pays et toutes les villes que nous désirons ", a poursuivi Max Riemlet.

Dans cette seconde saison, l’intrigue se déploie ; les huit élus brisent enfin leurs chaînes. Ils unissent leurs forces et contre-attaquent pour dévoiler la cruauté d’une organisation hostile à leurs super-pouvoirs.

Au niveau du casting, peu de changement. Aml Ameen (qui avait quitté la série en raison de différends avec la production sur son personnage) est remplacé par le jeune Toby Onwumere, dans le rôle Capheus.