Série TV L’acteur est à voir sur Netflix dans la 2e série inédite de l’écrivain Harlan Coben.

"Après avoir joué tant de personnages bizarres et de relations compliquées, j’étais tout simplement heureux de camper un type normal (Tom) auquel des choses vraiment étranges arrivent plutôt qu’un type totalement bizarre (Dexter) qui tente de se fondre dans la masse… Et puis, j’étais assez excité de voir où cela allait nous mener."

Face à la proposition d’Harlan Coben de porter sa deuxième série originale Safe, Michael C. Hall, star de "Dexter" et de "Six Feet Under", n’a pas hésité. L’histoire suit quatre familles vivant dans un lotissement fermé d’où deux ados disparaissent. L’un des deux disparus est la fille de Tom qui décide de mener lui-même l’enquête.

"Encouragés à avoir peur"

"Ce qui était drôle dans ‘Dexter’, c’était de jouer quelqu’un qui est vraiment dans le contrôle de son monde et de son univers et puis, peu à peu, les choses dérapent et se délitent. Tandis que Tom se bat dès le départ parce que la disparition de sa fille a fait vaciller son monde", explique l’acteur Michael C. Hall.

"Ce qui m’a attiré dans ce scénario, c’est le fait que l’on parle de gens qui vivent dans la peur. Nous vivons dans un monde où nos peurs sont constamment réactivées. C’est clairement le cas aux Etats-Unis, par exemple. Nous sommes encouragés à avoir peur via les infos et par certains médias. Nous voyons aussi des personnes qui tentent de bâtir un environnement qui leur donne l’impression d’être isolés de tout cela. Mais, parfois, le fait de tenter de s’isoler des menaces venues de l’extérieur se révèle plutôt contre-productif. Je ne pense pas que les séries sur lesquelles j’ai travaillé et qui abordaient des questions de peur et de menaces vraiment effrayantes, m’ont rendu plus méfiant, ce serait même plutôt le contraire", a-t-il confié lors de son passage, en avril, au Festival CanneSéries.

Thriller et drame familial

Dans cette série où il partage l’affiche avec la Française Audrey Fleurot (mère de l’autre ado disparu) et la Britannique Amanda Abbington (chargée de l’enquête), la mort semble rôder. "Je ne pensais pas que cette question serait aussi présente dans le métier lorsque j’ai débuté, mais je vois que les scénarios continuent à m’arriver avec ce type de thématique, donc j’en suis arrivé au point où je me demande s’il s’agit vraiment d’une simple coïncidence… (Il rit)

Je n’essaie pas de nier le caractère inéluctable de la mort car c’est ce qui donne son intérêt à la vie…" souligne-t-il.

En l’occurrence, elle rythme la course contre la montre dans laquelle son personnage s’est engagé.

Riche en rebondissements plus ou moins crédibles, ce thriller mâtiné de drame familial ne dévoile sa solution qu’au terme de 8 épisodes enlevés. Diffusée sur C8 en France, la série est portée par Netflix à l’international.