Série TV Clos sur un record d’affluence, l’événement parisien fixe rendez-vous en 2018, malgré la concurrence renforcée.

Un record de séances (150) et de fréquentation (53 000 spectateurs) la saison 8 de Séries Mania, fidèle à son chiffre emblème, s’est inscrite vers l’infini et au-delà. Il faut dire que sa tête d’affiche, Damon Lindelof, cocréateur de "Lost" et The Leftovers, laissait augurer du meilleur tout comme son invitée d’honneur Julianna Margulies, révélée par la série "Urgences" et récompensée pour son rôle dans The Good Wife.

On ne peut d’ailleurs s’empêcher de penser que le meilleur hommage rendu par ses fans français ne résidait pas seulement dans la standing ovation qui a conclu la masterclass de l’actrice, jeudi soir, mais aussi dans le fait que le prix du public a été attribué à The Good Fight série dérivée de "The Good Wife". Preuve que le public de l’une (la "série-mère") s’est reporté sur l’autre, sa "fille", tout aussi recommandable.

Des tas de vies en suspens

Le jury de cette huitième édition, présidé par Damon Lindelof, a visionné dix séries présentées en avant-première mondiale et internationale et leur a attribué quatre prix. Le grand prix du jury salue Your Honor, série israélienne de Shlomo Mashiach et Ron Ninio, qui se penche sur la figure du juge intègre. C’est du moins ce que l’on pouvait penser de Micha Alkoby avant que son fils ne renverse un motard et ne commette un délit de fuite. Découvrant l’identité criminelle du motard accidenté, Micha Alkoby va être amené à prendre une série de décisions qui pourraient s’avérer catastrophiques pour sa carrière…

Le prix spécial du jury est attribué à I love Dick, la nouvelle série de Jill Soloway (Transparent) et Sarah Gubbins, soit une réflexion vivifiante et enlevée sur les mécanismes de la passion et du couple qui parfois s’éteint et puis renaît. Une série attendue le 12 mai sur Amazon.

Le prix d’interprétation féminine récompense la comédienne Anna Friel fantastique dans son rôle de mère célibataire qui lutte désespérément pour assurer le quotidien de ses trois enfants dans un Liverpool rongé par la crise. Broken, une nouvelle série à haute valeur sociale ajoutée, signée Jimmy McGovern, est attendue en mai sur la BBC.

Enfin, le prix d’interprétation masculine est attribué à Kida Kodhr Ramadan pour son rôle de gangster imprévisible, pris entre deux feux, dans la série 4 Blocks de Marvin Kren, sombre descente dans l’enfer de la mafia de Berlin-Est.

Du côté de la création française, trois séries sont sorties du lot : Transferts et Missions, deux séries de science-fiction qui prouvent que quand on a peu d’argent, il faut avoir des idées (cf. ci-contre). Outre le prix de la meilleure série et du meilleur interprète francophones attribué à "Transferts", le prix de la meilleure interprète francophone est attribué à Ophelia Kolb pour son rôle dans On va s’aimer un peu… beaucoup. Ancrée dans le cabinet de deux avocates, mère et fille, spécialisées dans le droit de la famille, cette série signée Emmanuelle Rey-Magnan et Pascal Fontanille est attendue prochainement sur France 2.

Rendez-vous est pris en 2018

Une des grandes inconnues de cette édition de Séries Mania n’était pas tant le palmarès 2017 que l’avenir de la manifestation fragilisée par la décision du gouvernement de créer un Festival international des séries à Lille dès juin 2018 et celle du maire de Cannes d’imposer un "Cannes des séries" dès avril 2018.

Qu’à cela ne tienne, l’équipe parisienne a annoncé son intention de retrouver son public pour une saison 9 toujours ancrée au Forum des Images. Il faut dire que l’équipe a enclenché depuis huit ans une dynamique qui force l’admiration et débouche aujourd’hui sur une déclinaison du concept à l’international avec un "Séries Mania Melbourne" annoncé du 20 au 24 juillet 2017.Karin Tshidimba, à Paris