Série TV
Ce mercredi débute à Paris le tournage de la troisième saison de "Versailles", série prestigieuse affichant le budget le plus conséquent de l’histoire de la fiction française.

Pour sa saison 3, la fiction imaginée en 2015 par Simon Mirren et David Wolstencroft aura un petit parfum de belgitude puisqu’elle sera en partie filmée, sonorisée, montée, mixée et même dirigée par des Belges… Un projet d’envergure pour lequel François Touwaide, producteur au sein de la société Entre Chien et Loup, s’est démené.

"Jusqu’ici la série était coproduite par des Canadiens mais grâce au soutien précieux de François Tron de la RTBF" et à l’aura d’"Ennemi public", sa toute première série belge, la petite société de production - jusqu’ici plutôt versée dans le cinéma - a remporté le marché. "On va mener ce projet de coproduction grâce au soutien de Proximus, de Wallimage et de Casa Kafka", l’occasion pour tous ces partenaires belges de participer à l’aventure d’une grande série internationale en anglais.

Chefs opérateurs et réalisateur

Ce matin, François Touwaide accompagne l’équipe belge à Paris afin de faire les présentations d’usage en début de tournage. Dans l’équipe formée sur le plat pays, on retrouve deux chefs opérateurs, Anton Mertens ("Beau Séjour") et Christophe Nuyens ("Zone blanche") "qui participeront à toute la saison soit 120 jours de tournage" et Pieter Van Hees ("Waste Land") qui va réaliser les trois derniers épisodes de la saison 3.

Cette recherche des talents belges a été la première tâche d’Entre Chien et Loup. A ces postes clés s’ajoutent encore un ingénieur son, un perchman et toute l’équipe de post-production. "En dehors du montage images, tout le montage son, tous les effets spéciaux, le sous-titrage et l’étalonnage, soit une grande partie de la postproduction sera réalisée en Belgique." Autant de journées de travail qui s’ajoutent aux 120 jours de tournage initiaux. "Il n’y a pas de tournage en Belgique mais on a réalisé tous les essais caméra la semaine dernière en Belgique" et Entre Chien et Loup assure le suivi des dossiers financiers en lien avec le tax shelter.

Tandis que ses associés Sébastien Delloye et Diana Elbaum produisent le prochain film de Terry Gilliam ou de Rupert Everett avec Colin Firth, François Touwaide gère le département qui ne s’occupe plus que de production pour la télévision.

Six projets de séries

Outre la saison 3 de Versailles, Entre Chien et Loup développe en effet 6 autres projets de séries. "Ennemi public" saison 2 et "La Tchane", coproduites avec la RTBF ne sont que la partie émergée de l’iceberg. A cela s’ajoutent quatre autres séries en développement qui, comme Versailles, sont tournées vers l’international.

Il s’agit de "Stones" série sur des diamantaires anversois, écrite par Micha Wald et développée en anglais; "Night Girls", un drame écrit par Séverine Jacquet (ancienne responsable de la fiction RTBF) ancré dans les années 80. La série chorale à visée sociale "Le Match" écrite par François-Xavier Willems, Gregory Lecocq et Nicolas Guiot, se tourne vers l’international et, enfin, la série "Le Hareng" écrite par Jérémie Bidet.

"Notre ambition à terme est de produire deux séries par an en tant que producteurs délégués. Nous sommes convaincus que c’est une stratégie gagnante de faire voyager les talents de l’un à l’autre de nos deux pôles et de collaborer avec des réalisateurs qui viennent du cinéma. De toute façon, les frontières entre cinéma et télévision, de plus en plus poreuses, sont en train d’exploser."

La saison 2 de "Versailles" retraçant la vie de Louis XIV est à découvrir dès ce dimanche à 20h35 sur La Deux.