La chronique de la rédaction

Ce couple de néerlandophones, originaire de Bruges mais installé de longue date à Bruxelles, en est persuadé : "La Flandre a abandonné Bruxelles." Une opinion qui est partagée par d’autres Bruxellois néerlandophones. Mais qui exprime davantage un sentiment diffus qu’un fait tangible. Car la Flandre continue à financer l’enseignement et la culture néerlandophones à Bruxelles­ dans une proportion qui dépasse largement le nombre de Flamands qui y vivent. Difficile donc de parler de renoncement.

Du reste, dans les discours politiques, y compris dans ceux que l’on tient dans les arrière-boutiques nationalistes, et même si elle présente l’immense défaut de ne pratiquement plus parler le néerlandais, Bruxelles n’a pas cessé d’être la capitale de la Flandre.