La chronique de la rédaction

La banalisation du vote d’extrême droite - qui marque désormais pratiquement tous les scrutins européens - forge la pensée politique de l’opinion publique. Un sondage réalisé pour la VRT et le "Standaard" indique qu’à peine un tiers des Flamands soutient encore le principe du cordon sanitaire - qui, pour rappel, assigne le Vlaams Belang à résidence dans l’opposition jusqu’à la fin des jours.

Selon le même sondage, les électeurs flamands sont encore moins nombreux (23 %) à soutenir un cordon sanitaire autour du PTB. Mais cette précaution n’est plus utile : le parti marxiste a déjà accédé au pouvoir - en l’occurrence dans le district de Borgerhout en coalition avec le SP.A et Groen.

Le résultat du sondage ravit le jeune président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken. Lorsque ce dernier a été choisi par ses pairs pour les guider, il a précisément reçu comme ordre de mission de sortir le parti d’extrême droite de son isolement. Tout ce qui peut affaiblir la solidité du cordon sanitaire est donc bon à prendre pour lui.