La chronique de la rédaction

Une chronique de François Brabant.

Si l’éloignement n’accroît pas toujours la lucidité, au moins permet-il de rafraîchir les neurones. Cinq semaines de reportage en Colombie auront épargné au signataire de ces lignes l’asphyxiante saga de la présidentielle hexagonale et le piteux feuilleton du scandale Publifin. Résumons : là-bas, il y avait de l’énergie dans l’air, de la salsa dans les autobus, des sourires extravagants sur les visages des filles, des statues de Simón Bolivar à chaque coin de rue, et des fresques à la gloire de Nairo Quintana sur les murs des barrios.

Tout exode a son prix, et nous voici de retour, pour constater que Stéphane Moreau est out et que Marine Le Pen est in. Le point commun entre les deux phénomènes, c’est évidemment la crise gravissime que traverse le Parti socialiste, au nord comme au sud de Quiévrain.

Jugement prudent

D’aucuns seraient tentés d’écrire : l’agonie, la déliquescence… Gare ! On a déjà vu des pronostiqueurs hâtifs se mordre les doigts longtemps de leurs prophéties péremptoires.