La chronique de la rédaction

Mercredi 7 novembre 2007. La commission de l’Intérieur de la Chambre, présidée par le CD&V Pieter De Crem, adopte la scission de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Prenant des airs de vierges effarouchées, les six membres francophones quittent la salle au moment du vote. Pour la forme. Les partis flamands disposent de onze voix dans la commission. C’est plus qu’assez pour faire adopter le projet sans les francophones.

L’interminable période d’instabilité

Une voix flamande fait cependant dissidence : celle de Tinne Van der Straeten, qui s’abstient. La députée Groen juge qu’il est suicidaire de vouloir régler un différend communautaire par la force. La suite lui donnera raison. Ce vote en commission inaugure en effet, pour la Belgique, une interminable période d’instabilité ponctuée par la plus longue crise politique de l’histoire de l’humanité - 541 jours sans gouvernement, un record absolu.