La chronique de la rédaction

Une mise au point de Francis Van de Woestyne, rédacteur en chef de La Libre Belgique. 

La Libre a décidé de réserver ses ressources pour un grand baromètre politique de rentrée, en postposant celui prévu en juin. Réaliser un baromètre politique implique un budget d’enquête significatif. De plus, vu les risques de décalage entre l’actualité politique en pleine mutation et la période d’enquête, prendre un peu de recul nous semblait opportun.

Le MR a fait réaliser, de son côté, un sondage et en a communiqué la teneur à deux autres journaux, l'Echo et Sudpresse. Selon ce sondage, le PTB s’envole, le PS s’écrase, le MR profite de la situation. Ces résultats confirment les tendances de nos derniers sondages.

Fait curieux : l'Echo et Sudpresse ont publié des analyses similaires, visiblement inspirées par le président du MR. Selon ces journaux, La Libre et la RTBF auraient, pour d'obscures raisons - comprenez pour protéger le PS - renoncé à publier leur traditionnel sondage estival. Protéger le PS? Nos lecteurs savent que ce n'est guère l'option de notre journal.

La rédaction de La Libre ignorait que le MR avait commandité ce sondage. C'est évidemment le droit le plus strict d'un parti de tester l'opinion. C'est aussi la responsabilité la plus élémentaire des médias, la nôtre, d'analyser avec la plus grande prudence un sondage commandité par un parti politique. Et il faut espérer que le MR établira sa stratégie politique pour Bruxelles et la Wallonie en fonction des besoins de l'espace francophone et de sa population et non pas sur la base de sondages.

La Libre Belgique publie son baromètre politique depuis plus de 30 ans. Ce n'est qu'un sondage, c'est-à-dire une photographie de l'opinion publique à un instant. Mais au fil du temps, ce baromètre est devenu une marque, une référence, une balise car il permet de mesurer des tendances lourdes, régulièrement - pas toujours - confirmées par les résultats électoraux.

Nous continuerons à publier et à analyser ces baromètres, en partenariat avec la RTBF, avec la même rigueur et dans le respect de l’indépendance de chacune de nos maisons.