La chronique de la rédaction

D’accord, l’AS Rome a été secouée comme un prunier par Liverpool, dans le match aller des demi-finales de la Ligue des champions, mardi soir, à Anfield Road. Certes, Radja Nainggolan a été, comme nombre de ses coéquipiers, pris à la gorge par l’entrejeu anglais. Quand on prend cinq buts en septante minutes, on ne peut prétendre à recevoir un bulletin brillant. Et pourtant, c’est peut-être dans ces circonstances difficiles, au milieu de cette adversité, que Nainggolan a définitivement démontré qu’il était incontournable dans le noyau des Diables Rouges qui opérera en Russie.