La chronique de la rédaction

Un commentaire de Stéphane Tassin

La décision prise par la Sogepa ou par Jean-Claude Marcourt (PS) - cela reste à déterminer (voir ci-dessus) - de ne pas siéger au conseil d’administration de Publifin a-t-elle été une erreur ? C’est évidemment difficile à dire. On peut rejoindre l’argument qui considère qu’avec une aussi faible participation, la Wallonie n’aurait de toute façon pu peser d’aucune façon dans les décisions prises par les actionnaires majoritaires.

Et si on peut aussi entendre le deuxième argument avancé par le ministre qui considère qu’un administrateur n’est pas là pour contrôler l’intercommunale dans laquelle il siège mais bien de défendre les intérêts de la structure, on ne s’empêchera pas de trouver que c’est un peu court. Informé de l’existence des comités de secteur, l’administrateur aurait pu connaître le montant des rémunérations et alerter qui de droit de ces errements.

Cette décision de ne pas envoyer d’administrateur est sans doute une faute. Celle commise par l’ancien ministre Furlan qui affirmait ignorer le rôle de son chef de cabinet adjoint au sein de Nethys en est une autre. Reste à savoir laquelle est la plus grave…