La chronique de la rédaction

Une chronique de Jean-Claude Matgen.

Ce mardi soir, à Skopje, le Real Madrid, vainqueur de la Ligue des Champions, défiera Manchester United, lauréat de l’Europa League, dans le cadre de la Supercoupe d’Europe.

Une compétition qui a laissé, mais c’était il y a longtemps, d’excellents souvenirs à deux clubs belges, le Sporting d’Anderlecht et le FC Malinois.

Le 11 mai 1988 à Strasbourg, l’attaquant néerlandais Piet den Boer reprenait de la tête un centre de l’international israélien Eli Ohana pour tromper le gardien de l’Ajax Amsterdam et marquer le seul but de la finale de la Coupe des vainqueurs de coupe, offrant la victoire aux Malinois. Pour les 10 000 supporters belges, qui avaient fait le déplacement en France, il s’agissait du point d’orgue d’une première campagne européenne étonnante. Elle avait vu le “Kavé” éliminer successivement le Dinamo Bucarest, le FC Saint Mirren, le Dinamo Minsk et l’Atalanta Bergame pouir remporter, in fine, la coupe des vainqueurs de coupe. C’était l’époque où le magnat local de l’électronique John Cordier mettait pas mal d’argent dans les caisses. Le Néerlandais Aad de Mos dirigeait une équipe où évoluaient Michel Preud’homme, Lei Clijsters , Erwin Koeman, Piet Den Boer ou Graeme Rutjes.

En Supercoupe, Malines rencontra à nouveau une équipe néerlandaise, celle du PSV Eindhoven, qui s’était imposée, aux tirs au but, face au SL Benfica pour décrocher la Coupe des clubs champions, à Stuttgart.

Sur le papier, les joueurs du PSV partaient favoris, mais le miracle malinois ne s’était pas encore éteint. Le 1er février 1989, à Malines, deux buts du Néerlandais John Bosman et un but contre son camp de Stan Valckx offraient un large avantage aux Belges, qui n’encaissèrent qu’un seul but au retour, des oeuvres de Johann Gillhaus.