Diplomatie pour les nuls

Dans son ultime discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, mardi, Barack Obama a fait rire l'assistance en remarquant que « beaucoup de gens croient que tous les problèmes du monde sont causés par Washington ou que tous les problèmes du monde doivent être résolus par Washington ». Bill Clinton devait sans doute penser qu'au moins la seconde proposition n'était pas dénuée de fondement et qu'un ancien président des Etats-Unis pouvait au minimum s'efforcer de contribuer à apporter des solutions.

(...)