Diplomatie pour les nuls Quand François Fillon a appris que l’enquête le visant était élargie à des soupçons de faux et usage de faux, il a eu peur. Peur que les beaux costumes que lui a offerts son ami Robert Bourgi, censés provenir de la luxueuse boutique Arnys à Saint-Germain-des-Prés, ne soient en réalité que des copies, livrées par un atelier clandestin de Dakar ou Lagos. Dans le monde équivoque de la Françafrique, les fils de négociants en textile pourraient ne pas toujours faire dans la dentelle.
(...)