Diplomatie pour les nuls: La chute de la maison Bush

ABONNÉSPar Philippe Paquet, à Tampa (Floride) Publié le - Mis à jour le

Diplomatie pour les nuls

Tout le monde s'accorde à le dire : il était probablement le meilleur candidat chez les Républicains cette année, celui qui avait le plus d'expérience et de pragmatisme, qui était le plus ouvert au monde et aux cultures étrangères (il parle espagnol, son épouse est mexicaine), qui avait le plus d'atouts pour devenir président des Etats-Unis – et probablement un bon Président. Car l'ironie de l'Histoire, c'est que, au sein de la famille Bush, il était aussi, sans doute, le plus capable.

Et pourtant ! La tentative de Jeb Bush d'ajouter son nom à la dynastie présidentielle fondée par son père et continuée par son frère, a tourné au fiasco retentissant. L'ancien gouverneur de la Floride qui, au départ, était volontiers présenté comme le candidat naturel du Parti républicain et le vainqueur presque obligé d'un processus des primaires qui devait, pour lui, s'apparenter à une promenade de santé, n'aura même pas réussi à exister. Son malencontreux slogan – « Jeb ! » – est rapidement devenu « Bush ? ».


Découvrez cette diplomatie pour les nuls en intégralité dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).