La diplomatie pour les nuls

Au nom de sa prétendue campagne contre la criminalité et le trafic de drogue en particulier, Rodrigo Duterte serait déjà responsable de 3 700 exécutions sommaires depuis son entrée en fonction, le 30 juin dernier. C’est dire qu’on n’a pas envie de rire avec le président philippin.

On aurait envie de rire, en revanche, des responsables du commerce extérieur wallo-bruxellois qui ont mis des mois à se convaincre qu’il était inconvenant, dans ces conditions, de mener une mission économique à Manille au printemps prochain. L’auraient-ils maintenue, cette mission, qu’ils n’auraient sans doute obtenu qu’une oreille distraite des autorités du pays. Le camarade Duterte est, en effet, tout occupé à se trouver de nouveaux amis, et jusque dans les endroits les plus improbables, comme Pékin.

(...)