La diplomatie pour les nuls

On doit reconnaître que 2016 n’a pas été top. Les attentats, chez nous, à Nice, à Berlin, ailleurs. La guerre en Syrie, le chaos en Libye, l’exode des migrants. Daech et Boko Haram. Le Brexit, Matteo Renzi emporté par un autre référendum loufoque, Christine Lagarde coupable mais acquittée, l’élection de Donald Trump, et tant d’autres absurdités.

En faisant un petit effort, on peut, toutefois, jeter un regard plus optimiste sur l’année écoulée, qui n’a, somme toute, pas manqué de bonnes nouvelles. Ne nous a-t-elle pas apporté la paix en Colombie ? Ou épargné un nouvel affrontement entre François Hollande et Nicolas Sarkozy ? Une fois résigné à ne pas se représenter, le président français n’a-t-il pas aussi gracié Jacqueline Sauvage ?

Vladimir Poutine n’a, par ailleurs, pas (encore) réannexé les Etats baltes, pas plus que Kim Jong-Un n’a lancé de bombe atomique sur le Japon. Les Chinois n’ont pas racheté le port d’Anvers et Jean-Claude Marcourt a accepté un examen d’entrée en médecine (et si ça ce n’est pas une raison de croire en la vie, alors on peut désespérer de tout). Il y en a même qui trouveront qu’il vaut finalement mieux un blond (fût-il mal coiffé) qu’une blonde à la tête des Etats-Unis.