Diplomatie pour les nuls

Le cours du colza était ferme, lundi à mi-journée, entraîné par la bonne tenue du pétrole sur un marché qui affichait son soulagement après avoir craint l’éventualité d’un affrontement Mélenchon-Le Pen, le 7 mai, nous apprend l’agence France-Presse. Voilà qui achève de nous rassurer : pour la deuxième fois en quinze ans, l’extrême droite est au second tour de l’élection présidentielle dans la patrie des droits de l’homme, mais il n’y a pas de quoi paniquer puisque le colza supporte stoïquement cette perspective.

L’information apporte de l’eau au moulin de Jean-Luc Mélenchon qui, en commentant dimanche les résultats du premier tour, estimait que les "médiacrates" et les oligarques avaient tout lieu d’être satisfaits. L’ex-candidat de La France insoumise aura été ravi de découvrir, par ailleurs, que les actions de la BNP Paribas, du Crédit agricole ou de la Société générale, dopées par l’effet Macron, ont progressé de quelque 8 %, lundi matin, à la Bourse de Paris.

(...)