La diplomatie pour les nuls

Une "diplomatie pour les nuls" par Philippe Paquet.


On n’avait jamais entendu un président américain user d’un sobriquet (sinon d’une insulte), à la tribune de l’Onu, pour désigner un chef d’Etat étranger - Donald Trump l’a fait mardi dernier en surnommant Kim Jong-Un "Rocket Man". On n’avait jamais entendu non plus un locataire de la Maison-Blanche employer un langage de charretier pour régler ses comptes en public - Donald Trump l’a fait vendredi soir en traitant de "fils de p…" les sportifs qui ne respectent pas le drapeau ou l’hymne national des Etats-Unis.

Ce dernier dérapage en date a logiquement provoqué un émoi considérable dans le pays. Non seulement en raison de l’extrême vulgarité du propos, mais aussi parce que Donald Trump a pris le risque d’enflammer les tensions entre communautés. Le comportement qu’il fustige concerne, en effet, les sportifs (le plus souvent noirs) qui restent assis, s’agenouillent ou lèvent le poing quand est joué l’hymne national avant les matchs, notamment ceux de la Ligue nationale de football (NFL). Ils entendent ainsi dénoncer la persistance des discriminations et des injustices aux Etats-Unis.