La diplomatie pour les nuls

On se souvient que George W. Bush avait du mal à mémoriser les noms étrangers. Il s'était résolu à appeler le président pakistanais Pervez Musharraf tout simplement « le général ». Et quand il parcourait une carte de l'Europe, il confondait volontiers les « Gréciens » avec les « Serbiens ».

Donald Trump, lui, ne s'en sort pas mieux avec les pays africains. Le président s'est félicité, sur Twitter, des excellentes conversations qu'il a pu avoir mercredi avec les dirigeants africains qu'il avait invités à déjeuner en marge de l'Assemblée générale de l'Onu à New York. C'était, toutefois, sans compter le discours dans lequel il a malencontreusement tenu à mentionner plusieurs des Etats représentés, et devant une caméra qui plus est. Après avoir ramé quelque peu sur « Côte-d'Ivoire » (objectivement pas facile pour un anglophone) et « Guinea-Bissau » (pas simple non plus), il a sombré au large de la Namibie, qui est devenue « Nambia » (et qu'il faut logiquement traduire en français par Nambie).