Edito

Depuis les attentats de Paris perpétrés en janvier 2015, puis ceux de Bruxelles, des militaires ont été déployés dans les rues de nos villes. Certaines voix se font régulièrement entendre pour critiquer ce dispositif. Les arguments des opposants à la présence des "kakis" s’articulent autour de trois axes.

1. La présence des militaires n’a pas, disent-ils, de réel poids dissuasif. Lorsque des terroristes décident de passer à l’acte, ils trouvent le lieu, l’instant où perpétrer leur forfait, quelle que soit l’ampleur du dispositif militaire déployé.

2.

...