Edito Si le CD&V décidait de "retirer la prise" sur la question de la politique migratoire, et de sacrifier Theo Francken, l’homme le plus populaire de Flandre, ce serait "bingo" pour les nationalistes.