Edito Fini, terminé. On ne parlera plus de l’entrée en bourse de Belfius jusqu’aux élections de 2019. Même si Charles Michel reste flou. "Le temps n’est pas encore venu et les garanties ne sont pas réunies", a commenté hier le Premier ministre. Cette annonce d’un report n’est pas une surprise. On savait que l’IPO - initial public offer - du bancassureur avait du plomb dans l’aile. Et pas seulement à cause d’un climat boursier défavorable.
Un édito de Ariane Van Caloen.

(...)