Edito

C’est sans doute faire beaucoup d’honneur à Benjamin Maréchal de lui consacrer un éditorial. Mais quand les limites de la décence sont à ce point dépassées, on ne peut se taire.

La suite de cet édito de Francis Van de Woestyne est réservée à nos abonnés.