Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

La jeunesse : telle est la qualité la plus souvent citée pour qualifier le nouveau président de la République française. C’est son âge, sa tentative de se placer au centre, de proposer un programme "et de droite et de gauche" qui frappent dans un pays où certains, Régis Debray par exemple, assurent que le clivage gauche/droite fait toujours partie du mobilier national.

A qui faut-il comparer Emmanuel Macron ? Un journal italien n’hésite pas à rappeler la jeune carrière de Napoléon, général à 27 ans, président de la IIe République à 40 ans. A moins que la comparaison ne vaille davantage avec un certain Kennedy, qui présida aux destinées des Etats-Unis à l’âge de 43 ans.