Edito

Un édito de Frédéric Chardon.

Dans le dernier volet de la trilogie du "Parrain" de Coppola, Michael Corleone (Al Pacino) rencontre dans la belle cour intérieure d’un cloître italien celui qui allait devenir le pape Jean-Paul Ier. Il vient demander son aide face à un archevêque cynique qui l’a grugé dans une vaste opération financière. Le futur chef de l’Eglise catholique l’écoute et, soudain, plonge sa main dans la fontaine et en sort un caillou. "Regardez cette pierre, dit-il à Don Corleone . Elle est dans l’eau depuis très longtemps. Mais l’eau ne l’a pas pénétrée. (Il la brise) Elle est parfaitement sèche. La même chose est arrivée aux hommes en Europe : ils baignent dans le christianisme depuis des siècles. Mais le Christ ne les a pas touchés."

(...)