Edito

Un édito de Dominique Simonet.

Dix-huit mois après l’éclatement du scandale impliquant le groupe Volkswagen aux Etats-Unis dans une vaste tricherie aux émissions polluantes, l’Union européenne peine toujours à trouver la parade.

Certes, les protocoles d’homologation des nouveaux véhicules, qui doivent inclure des tests en conditions réelles de conduite, seront introduits en septembre prochain. Le consommateur sera mieux informé au risque de payer plus de taxes corrélées aux émissions de CO2. Mais les autorités européennes n’ont que trop tardé à avaliser ces nouveaux tests, laissant la bride sur le cou aux constructeurs profitant d’un cycle d’homologation en laboratoire totalement obsolète.

(...)