Edito

Un édito de Nicolas Ghislain.

Taxer les géants d’Internet, des ogres qui dévorent tout sur leur passage, des revenus publicitaires (Facebook, Google) aux abonnements en tout genre (Netflix, Spotify), sans parler encore d’Amazon qui a siphonné des marchés entiers. Voilà l’objectif - légitime - que s’est fixé la Commission européenne, qui espère proposer un projet concret dans moins d’un an.

Pour cela, il est indispensable de faire évoluer le système de taxation, basé actuellement sur la présence et les activités physiques des entreprises mais qui se révèle inadapté pour les services numériques, donc immatériels.