Edito Un édito de Vincent Braun.

A mesure qu’elle perdure, la guerre en Syrie génère nombre de conflits périphériques, au gré des intérêts particuliers des puissances régionales et mondiales qui s’y sont impliquées depuis des années. On pensait pourtant que la multiplication des initiatives de paix et l’accord sur la mise en œuvre de zones de “désescalade” des combats étaient les signes d’une fin proche de ce conflit hors norme et inédit.