Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

La maison socialiste craque de toutes parts. Le PS est en crise profonde. C’est un peu le "football panique". Pour l’instant, aucun président francophone n’est très brillant ni très présent. On a connu la junte des présidents. C’était déséquilibrant pour les gouvernements. Aujourd’hui, les présidents sont sur le banc. C’est barbant. Au PS, le président éprouve beaucoup de mal à gérer la crise qui touche son parti. Dès lors, en dehors du PS mais aussi à l’intérieur, certains se demandent si Elio Di Rupo est encore l’homme de la situation. Ce n’est pas son âge qui en cause, c’est sa gestion de la crise.