Edito

La communauté internationale se retrouve, comme il y a cinq ans, face à ce dilemme : faut-il, oui ou non, riposter et punir le régime syrien après l’attaque à l’arme chimique perpétrée contre des civils ? La réponse est positive. Pourquoi ?

Un édito de Francis Van de Woestyne.