Edito Un édito de Dorian de Meeûs.

(...)

L’homme est chaleureux, souvent sympathique, parfois drôle, certainement intelligent. Mais force est de constater que ses qualités ne lui ont pas permis de faire face aux crises, à ses rivaux, ni à assumer la réalité de son bilan. Les Français se souviendront à peine d’un quinquennat où s’entremêlaient erreurs politiques et personnelles. François Hollande n’a pas pris le temps de la lucidité, préférant poursuivre sa campagne d’autocongratulations.