Edito Il y a d’excellents hommes politiques : compétents, intègres, visionnaires. Il y en a de très mauvais. C’est pareil pour les avocats, les juges, les plombiers, les médecins, les fonctionnaires, les menuisiers, les infirmières, les chirurgiens, les électriciens, les maçons, les patrons, les couvreurs, les professeurs, les routiers, les grutiers, les cuisiniers, les dentistes… Et les journalistes ?
(...)