Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Mais que fait encore Theo Francken dans le gouvernement de la Belgique ? Combien de temps encore faudra-t-il endurer, supporter les dérives verbales de ce nationaliste flamand de la pire veine qui, depuis le premier jour, constitue une tache sombre dans l’équipe de Charles Michel ? On s’en veut de donner de la publicité au dernier tweet de ce monsieur. Mais le dilemme est toujours le même : ne pas réagir pour éviter d’accorder de l’importance à ces sorties. Ou dire "non", quitte à le renforcer auprès de ses séides. Aujourd’hui, nous disons "stop".

(...)