Edito La tragédie des Rohingyas a un nom : celui du commandant en chef de l’armée birmane, le général Min Aung Hlaing. Elle en a même plusieurs : ceux également de neuf autres officiers supérieurs et de trois responsables de la police des frontières.

Un édito de Philippe Paquet

(...)