Edito

Un éditorial de Marie-France Cros.

Pour bien montrer leurs intentions pacifiques, ils avaient prié et étaient sortis des églises en vêtements liturgiques et porteurs de crucifix, suivis par des fidèles agitant des palmes. Mais l’impensable est arrivé : la police du président hors mandat Joseph Kabila a tiré dans les églises. Et a arrêté ceux qui réclamaient pacifiquement la démocratie, leurs prêtres et des enfants de chœur en aube blanche, coupables de leur foi et armés de leur croix.

(...)