Edito

Un édito d'Hubert Leclercq.

Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo, a organisé et remporté haut la main, à la mi-juillet, les législatives. Paul Kagame a fait mieux, le 4 août, en recueillant près de 99 % des suffrages à la présidentielle rwandaise. Quatre jours plus tard, c’est au Kenya que les électeurs étaient conviés à la présidentielle. Ici, le verdict officiel est plus étriqué, mais la victoire est revenue au président en place. "En Afrique, si tu organises une élection, c’est pour la gagner. Si tu as un doute, ne l’organise pas", expliquait à la fin des années 80 un proche du président-maréchal zaïrois Mobutu.