Edito

Faut-il dépénaliser entièrement l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ? Cette question ne peut être banalisée tant elle renvoie à un enjeu majeur pour notre société, en l’occurrence à la nature même de la vie humaine existante ou en devenir. Le Code pénal est notamment là pour protéger la société. A commencer par les plus faibles d’entre nous, les sans-voix. Depuis près de 30 ans, l’avortement jusqu’à 12 semaines est traité comme une exception à l’interdiction pénale, ce qui permet de reconnaître aux femmes en détresse le droit de ne pas aller au terme d’une grossesse. Un édito de Dorian de Meeûs.