Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen.

Me Dayez devra se souvenir en chemin qu’il défend un homme au-delà d’une cause. Et que cet homme, non seulement a commis des crimes qui dépassent l’entendement mais n’a, depuis, manifesté que du mépris pour ses victimes et leurs familles ainsi que pour ses juges.