Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

La lecture de la presse française, le suivi des débats sur l’affaire Benalla, suscitent deux réflexions. L’une sur l’ampleur donnée à "l’affaire", l’autre sur la dérive dite "monarchiste" du président français.


(...)