Edito Dans l’enseignement supérieur en Belgique francophone, la tentation est grande, dès que l’on évoque un rapprochement ou une fusion entre deux acteurs, d’analyser la démarche sous le prisme d’une lutte d’influence entre les piliers catholique et laïque.