Edito

Un édito de Hubert Leclercq.

Jules Verne avait pris le pari, en 1872, de réaliser le tour du monde en 80 jours. Pour y parvenir, son héros, un gentleman britannique, Phileas Fogg, flanqué de son serviteur Jean Passepartout, ont dû faire preuve d’ingéniosité et d’une bonne dose de courage, d’audace et peut-être d’inconscience. Près d’un siècle et demi plus tard, le nouveau président français pourrait relire ce classique du roman d’aventure. Emmanuel Macron célébrait ce vendredi les 80 jours de son élection. Comme le héros de Verne, il entend remettre en cause tous les acquis de son époque, il veut tout révolutionner et tout bousculer. Macron au contraire de Fogg doit compter sur une kyrielle d’assistants pour y parvenir et est exposé à tout instant.