Edito

Un édito de Hubert Leclercq.

La présidentielle, c’est son affaire. Elle est dans son ADN. François Bayrou a toujours été convaincu qu’il avait un rendez-vous avec la France. Une conviction doublée d’un ego surdimensionné qui semblaient le pousser naturellement à se lancer une quatrième fois dans une campagne présidentielle française. Hier, pourtant, à la surprise générale, il a jeté l’éponge. A 65 ans, le Béarnais a décidé de prendre sa retraite... de la présidentielle.

(...)