Edito

Depuis le vote d’une loi, en mars 2017, les agents de la Sûreté ont vu s’élargir le cadre dans lequel ils peuvent utiliser les méthodes de recueil de données (MRD). Mardi, l’administrateur général de la Sûreté de l’Etat, Jack Raes, et le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V) ont dit tout le bien qu’ils pensaient de ces possibilités étendues.

Grâce aux nouveaux instruments (décrits en page 8), la lutte contre le terrorisme serait devenue plus efficace.

...