Edito

Un édito d'Hubert Leclercq.

Les Pays-Bas peuvent-ils vraiment voter pour Geert Wilders ? Un homme xénophobe, islamophobe, dont le programme politique se contente d’ukases contre les étrangers et de saillies contre l’Europe. Les Pays-Bas avaient l’habitude de nous renvoyer l’image d’une nation ouverte, accueillante et où il fait bon vivre. Les images sont faites pour être écornées, certes, mais comment expliquer qu’elles puissent apparaître à ce point usées face aux accents nauséeux de Wilders, dans un pays qui enregistre des résultats économiques au-dessus de la moyenne européenne. Wilders, quel que soit son score, ne devrait pas se retrouver aux commandes d’un Etat qui, comme le nôtre, nécessite des coalitions complexes pour être gouverné. Wilders devrait s’en accommoder sans trop de souci, lui qui incarne l’opposition anti-système et anti-tout.