Edito

Un édito de Dorian de Meeûs.

Plus d’un siècle après le génocide arménien, le gouvernement turc - ainsi qu’une large partie de la population - refuse toujours de reconnaître cette tragédie. Pire, il tente d’étouffer cette mémoire collective. Un négationnisme d’Etat assumé.