Edito

Un édito de Christophe Lamfalussy.

Ce n’est pas le deuxième tour des législatives en France, ce dimanche, qui va changer l’un des grands enseignements de ces dernières semaines : la vague populiste, annoncée à la fin 2016 après l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis et le Brexit du Royaume-Uni, tarde à s’abattre sur la Vieille Europe.

Au contraire, l’Autriche s’est choisie un président écologiste. Les Pays-Bas ont écarté - pour le moment - Geert Wilders du pouvoir. Beppe Grillo, qui a échoué à Gênes, sa ville natale, est le grand perdant des élections municipales en Italie.