Edito

Un édito de Marie-France Cros.

Kinshasa a menacé samedi de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI). Le gouvernement du président hors mandat Joseph Kabila assure que "plusieurs indices concordants en sa possession indiquent que certains gouvernements exerceraient des pressions sur les juges de la CPIsusceptibles d’avoir une incidence sur le processus électoral en cours". Alors que la CPI doit prononcer ce lundi son arrêt sur la seconde affaire Bemba - subornation de témoins - tout le monde comprend que Kinshasa redoute que l’opposant soit remis en selle pour l’élection présidentielle de décembre.

(...)